Actualités

Report de la réforme de l’assurance chômage : associations et syndicats saluent cet engagement du gouvernement mais restent vigilants!

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Le Premier ministre lors de la 1ere Conférence Sociale organisée ce vendredi 17 juillet a annoncé le report de la réforme de l’assurance chômage au 1er janvier 2021 et les associations et organisations syndicales membres du collectif Expressions saluent cet engagement. Mais pour Solidarités Nouvelles face au Chômage (SNC), la CFDT, l’UNSA, la FAGE, ATD Quart-Monde, le Secours Catholique, la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS), le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP) et Coorace, cette décision de report ne peut être qu’un premier pas annonçant le retrait des nouvelles mesures, à l’exception de celles concernant les travailleurs indépendants et les démissionnaires

Bien que ce report laisse le temps de rouvrir des négociations, il renforce cependant l’inquiétude des personnes en recherche d’emploi qui sont à nouveau plongées dans une forme d’incertitude pour la période à venir.
Face à cette crainte, les membres du collectif Expressions relanceront à compter de la rentrée une nouvelle consultation sur la plateforme qu’ils ont créé afin de permettre aux personnes au chômage de témoigner de leur situation et des impacts de la réforme si elle devait être maintenue.

Les personnes privées d’emploi ou en butte à la précarité ne choisissent pas en effet leur situation et ce n’est pas une réduction de leurs droits à l’assurance chômage qui facilitera leur retour à l’emploi.

Bien au contraire, cela ne fera qu’accroître leur précarité. Les résultats de la Consultation sur la réforme de l’assurance chômage, lancée par le collectif Expressions auprès des chercheurs d’emploi montrent que, malgré leur forte mobilisation pour se réinsérer, ces personnes ne s’en sortent pas. Les répondants insistent notamment sur les obstacles qu’ils rencontrent dans le cadre de leur recherche d’emploi tels que l’insuffisance des offres dans le secteur d’activité (34%) ou le secteur géographique (32%), les difficultés de mobilité (19%) ou le recours aux contrats courts quasi systématique dans leur secteur d’activité. Ils sont nombreux à rejoindre les propos de Philippe H. : « Dans mon secteur, il n’y a que des CDD et pas assez d’emploi pour tout le monde ! Et la crise du covid-19 n’arrange pas les choses. On ne peut pas inventer du travail qui n’existe pas ! Ce n’est pas par plaisir que je suis au chômage ; c’est par manque de choix !»

Pour les membres du collectif Expressions, la réforme est vraiment caduque. Sa philosophie est complètement erronée. La période qui s’ouvre doit être mise à profit pour répondre aux enjeux du nouveau contexte et aux attentes des personnes au chômage qui, plongées dans la crise, attendent soutien et accompagnement dans leur recherche d’emploi.

A cet effet, les membres du collectif Expressions relancerons à compter de la rentrée une nouvelle consultation sur la plateforme qu’ils ont créé afin de permettre aux personnes concernées de témoigner de leur situation, des impacts de la réforme si elle devait être maintenue et de ce qu’elles attendent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *