Formations

Reconnu organisme de formation

Le MNCP s’attache depuis 34 ans à ce que les chômeurs et précaires soient considérés comme des citoyens à part entière. Il cherche donc, en tant qu’organisme de formation, et à travers des formations construites et réalisées dans une volonté de défense et de promotion de l’éducation populaire, à donner aux acteurs engagés de leurs associations les moyens de réflexion, de mobilisation et de défense de leurs droits, et aussi de réappropriation, en tant que collectifs citoyens, de l’espace public.

Le MNCP est enregistré comme organisme de formation sous le numéro d’activité 11755532275.

Le MNCP est certifié Datadock et reconnu pour une prise en charge par votre OPCA. Vous pouvez donc demander la prise en charge de nos formations.

Bénévoles associatifs, vous pouvez également solliciter le Fonds de développement de la vie associative (FDVA).

Nos formations

Chaque formation peut être réalisée indépendamment des autres. Contactez-nous pour plus de renseignements.

Dans les années 1990, les associations de chômeurs, dans un contexte de lutte contre l’exclusion, ont obtenu de l’Etat la création de comités de liaison à l’ANPE, devenus depuis départementaux (CDL) à Pôle emploi. Au local, en siégeant à ces CDL, c’est depuis un moyen de porter la parole des chômeurs et précaires et de défendre leurs droits, comme d’améliorer l’offre de services de Pôle emploi. C’est essentiel pour leur représentativité et la reconnaissance de leurs droits. Dans les faits, une association de chômeurs, telle que la conçoit le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP), composée et animée par des chômeurs, sert de groupe collectif d’échanges et de propositions et qui mandate une délégation pour siéger dans les CDL de son département. Cela étant dit, comme toute initiative, si bonne soit-elle, elle prête à évoluer. La participation des chômeurs et des précaires dans les CDL où le MNCP et ses délégations siègent déjà, peut être améliorée et renforcée. Dans la même lignée, il s’agit aussi de créer où d’accompagner des collectifs de chômeurs dans des départements où il n’y en a pas, et donc de permettre la participation des chômeurs dans d’avantage de CDL.

OBJECTIFS

  • mettre en perspective l’histoire et les enjeux des CDL
  • mettre à disposition des supports sur les grandes missions de Pôle emploi, sur le périmètre des CDL, leur articulation avec les niveaux régional et national
  • répondre aux questions des collectifs et des délégations locales, de relayer les débats et travaux nationaux, pour résoudre les éventuelles difficultés locales, internes aux associations ou avec Pôle emploi
  • élaborer un travail sur les outils et les méthodes permettant de développer de nouveaux collectifs de chômeurs et donc l’animation de nouveaux CDL.


Vous aurez amélioré

  • votre connaissance des CDL en vue d’en créer davantage sur le territoire dans l’optique d’une amélioration de défense des droits des chômeurs et précaires
  • votre compréhension des enjeux de pouvoir dans une perspective de nécessaire regroupement collectif pour améliorer ces CDL, les rendre plus efficients, toujours dans la perspective de défense des droits
  • et votre capacité à imaginer des stratégies d’actions collectives ancrées dans le contexte et qui fassent bouger les lignes des injustices liées au non-recours ou respect des droits des chômeurs et précaires.


Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation.
Elle s’adresse à tous les chômeurs et précaires des associations affiliées au MNCP, salariés et bénévoles, impliqués dans la défense de leurs droits et de leur représentation, ainsi que dans celle des chômeurs et précaires non adhérents de manière inconditionnelle, sans distinction d’origine, de sexe, d’âge et de confession.

C’est un enjeu majeur, et l’une des missions principales de la fédération du MNCP. Pour que les CDL fonctionnent bien, il est indispensable que celles et ceux qui y participent, membres de nos associations, maîtrisent le cadre général des CDL, leur périmètre, les sujets majeurs, les questions pertinentes et les pistes possibles d’amélioration. En parallèle, il est tout aussi crucial que les chômeurs mandatés soient en capacité et en confiance pour prendre la parole et porter des propositions, et en suivre la réalisation éventuelle. Enfin, il faut que les trois personnes déléguées s’articulent bien, entre chômeurs, bénévoles et salariés d’association. Tous ces éléments font l’objet d’un travail permanent de formation de la part de la fédération.

CONTENU DE LA FORMATION (3 jours)

Jour 1 : Introduction, historique des CDL et de leurs enjeux. Faire ensuite émerger les attentes des stagiaires par rapport à la formation proposée. Présenter les objectifs et les méthodes concertées en rapport avec les attentes. Présentation des expériences de chaque association sur la question de la représentation dans les instances, les médias, les colloques, etc.

Jour 2 : Comment aller vers les chômeurs et précaires ? Comment recenser leurs difficultés et recueillir leurs attentes ? Comment construire une représentation et une expression collectives respectueuses des individualités ?

En pratique, analyse des moyens, des méthodes et des outils. Former des groupes de travail dans l’association. Se familiariser aux différentes postures et aux différents discours (écoutes, prises de parole, reformulations, synthèses).

Jour 3 : Comment réaliser la synthèse des difficultés et des besoins exprimées ? Comment les transformer en propositions et en revendications ? Bilan et évaluation de la formation.

Dans un monde en perpétuelle évolution et dans lequel les exigences s’accroissent sans cesse, la mise en place des associations ainsi que leur pérennisation s’avèrent toujours essentielles mais également de plus en plus difficiles. Souvent sollicitées pour pallier des manques, elles jouent également un rôle primordial dans le maintien de la cohésion sociale. Dans ce contexte, les moyens mis à leur disposition, ne serait-ce que pour fonctionner, sont indissociables des missions qui leur sont assignées. En clair, le monde associatif, qui vit grâce aux subventions souvent insuffisantes, est en constante recherche de moyens financiers, non seulement pour son fonctionnement mais également pour son développement, et dans la recherche de la cohérence des réponses qu’elles doivent apporter à ses adhérents sur des demandes et projets spécifiques. Dans cette optique, la recherche de dons concomitante à celle d’une augmentation des adhésions s’inscrit dans cette logique, et la formation « Comment favoriser les dons et les adhésions afin d’assurer la pérennisation et le développement des associations » devra répondre à ces objectifs. De la croissance des dons et des adhésions, il en va aussi de la crédibilité des associations auprès de la société et des institutions.

OBJECTIFS

  • apporter les connaissances de base sur les différents moyens mis à disposition pour capter les dons et les adhésions (cadre juridique et fiscal, techniques et outils de collecte, fondations, mécénats, partenariats…)
  • convaincre les donateurs et adhérents potentiels par une communication et une stratégie spécifiques du bien-fondé de donner et d’adhérer (messages appropriés, originalité, créativité…)
  • mettre en pratique des modalités d’actions (événements, salons, implication dans des rencontres et débats…). Bilans et ajustements constants des pratiques.


Vous aurez amélioré

  • votre connaissance des moyens mis à disposition pour capter les dons et les adhésions
  • votre compréhension des enjeux et des potentialités inscrits dans une stratégie spécifique de recherche de dons et d’adhésions
  • votre capacité à imaginer des actions collectives ancrées dans le contextes et qui fassent évoluer les esprits et les pratiques 


Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation.
Elle s’adresse à tous les chômeurs et précaires des associations affiliées au MNCP, salariés et bénévoles, impliqués dans la défense de leurs droits et de leur représentation, ainsi que dans celle des chômeurs et précaires non adhérents de manière inconditionnelle, sans distinction d’origine, de sexe, d’âge et de confession.

Pour les associations de chômeurs et précaires, la recherche de dons et d’adhésions s’avère compliquée, mais indispensable à leur survie. « Démystifier » le processus permet d’avoir au préalable une approche plus sereine en inscrivant une pratique et une réflexion collectives sur les actions que le MNCP et ses associations affiliées devraient engager. Par ce biais, tout un chacun sera à même de participer et de s’impliquer dans la démarche et de porter la parole des chômeurs et précaires et la valoriser par les outils, les débats, les rencontres, les événements.

CONTENU DE LA FORMATION (3 jours)

Jour 1 : En introduction, définir collectivement ce que sont les appels aux dons et les adhésions. Panorama du secteur et des différentes techniques (marketing direct, digital, événementiel, partenariat) pouvant être utilisées.

Jour 2 : Élaborer une stratégie en fonction de la diversité des structures. Créativité et mise en situation :  bâtir par groupes son plan d’action en fonction de ses objectifs, de ses ressources et des enjeux de la créativité. Partage des expériences et des idées pour enrichir la pratique et améliorer les liens en situation de recherche.

Consolider la démarche de recherche. Identifier les différentes étapes d’une campagne de dons. Formaliser : pourquoi, vers qui et comment communiquer. Identifier et fidéliser clairement les donateurs. L’impact d’internet et des réseaux sociaux – Fondamentaux et stratégie.

Jour 3 : Apprendre à convaincre. Mise en situation théâtrale et jeux de rôles. Connaissance de soi, appropriation des clés pour convaincre. Quelle image ? Quelle conviction dégager ? Amener l’adhésion.

En juillet dernier, les chômeurs et précaires ont découvert le décret de la nouvelle réforme de l’assurance chômage. Ce décret réduit davantage encore leurs droits à une indemnisation chômage décente, s’inscrivant ainsi dans la droite ligne de la déconstruction du Code du travail, de la mise en place du contrôle de la recherche d’emploi par Pôle emploi, de la disparition des cotisations sociales…, toutes ces « réformes » les plaçant chaque jour davantage, non plus dans une situation d’existence mais de survie. Dans ce contexte, il nous a semblé important de former les chômeurs et précaires à ces nouvelles règles de l’assurance chômage, en lien avec les évolutions du droit du travail. Au regard de ces évolutions, s’achemine-t-on vers la fin du système assurantiel ?

OBJECTIFS

  • définir, confronter et mettre en perspective les différents droits du travail et du chômage à travers leurs évolutions,
  • appréhender également les enjeux
  • cerner et comprendre les mesures actuelles mises en place et à l’épreuve des pratiques
  • organiser une défense commune de réappropriation des droits des chômeurs et précaires.


Vous aurez amélioré

  • votre connaissance sur l’ensemble des mesures de la réforme de l’assurance chômage,
  • votre compréhension des enjeux et des conséquences induites sur l’existence-même des chômeurs et précaires,
  • votre capacité à imaginer des actions collectives pour défendre les droits des chômeurs et précaires.


Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation.
Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation. Elle s’adresse à tous les chômeurs et précaires des associations affiliées au MNCP, salariés et bénévoles, concernés et impactés par les réformes de l’assurance chômage, ainsi que dans celle des chômeurs et précaires non adhérents de manière inconditionnelle, sans distinction d’origine, de sexe, d’âge et de confession.

L’impact de la nouvelle réforme de l’assurance chômage sur les chômeurs et précaires est important car elle conditionne leur existence. Alors qu’ils sont les premiers concernés par cette réforme, elle leur est imposée. Devant l’ampleur des mesures et des conséquences induites, seul le collectif est à même de les former, en confrontant les expériences déjà vécues sur le terrain, et de les amener à s’organiser pour une défense commune de leurs droits que d’aucuns réduisent patiemment et délibérément à peau de chagrin. C’est une manière également d’essayer de ne plus subir, de se confronter à une réalité que d’autres ont choisi à leur place, de se dégager d’un déterminisme voulu et imposé par d’autres. Au regard de ses implications, il est important d’établir les contours de cette réforme, d’en définir les enjeux ainsi que les conséquences à travers une réflexion collective et conséquente. La mise en perspective de la réflexion implique également une confrontation des droits, celui du travail et celui du chômage, en les plaçant dans leurs évolutions, aussi historiques et politiques, propres et concomitantes. Organiser une telle formation de manière collective permet d’essayer d’appréhender et de s’approprier les difficultés de manière, dans la situation actuelle, sinon à les résoudre, du moins à les minimiser.

CONTENU DE LA FORMATION (3 jours)

Jour 1 : En introduction, définir les attentes des stagiaires. Revenir sur l’évolution du droit du travail et du droit du chômage pour mieux en comprendre les enjeux.

Jour 2 : Appréhender les règles : droit du travail et règlement Unedic, la nouvelle réforme de l’assurance chômage.

S’interroger sur l’avenir de l’assurance chômage : faits et perspectives. Quelle place pour la défense des droits ? Est-elle encore légitime ? Pertinente ?

Jour 3 : Organiser la défense des droits. Pérennisation d’un service juridique aux chômeurs et précaires. Élargissement des soutiens et idées de défense.

Dans nos sociétés où l’individualisme prévaut, l’intégration et l’accompagnement dans nos associations sont des composantes à appréhender, et auxquelles nous sommes de plus en plus confrontés. Au fil du temps, l’investissement et l’implication des personnes s’avèrent moins importants. Dans ces conditions, l’engagement collectif ayant pour objectif la défense et l’acquisition de nouveaux droits faiblit, pendant que parallèlement les phénomènes de rejet et de discriminations se multiplient. Tout se passe comme si le collectif n’avait plus d’utilité ; ce qui rend problématique toute reconnaissance et toute défense des droits des personnes. Il est donc impérativement nécessaire pour le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP) d’agir pour inverser la tendance. Cette formation : « Intégration et accompagnement dans la vie de nos associations » s’inscrit dans cette démarche. Il s’agit de recréer du collectif au sein des associations affiliées au MNCP tout en donnant envie de s’impliquer sur la durée. D’autant que nos structures fonctionnent à la fois avec des bénévoles et des salariés aux desseins certes convergents, mais aussi différents dans leur expression et leur réalisation quotidiennes. Cela implique une adaptation et une harmonie à construire entre des responsabilités d’employeur d’une part et d’animation d’autre part, pour répondre le plus efficacement possible aux attentes légitimes des uns et des autres.

OBJECTIFS

  • maintenir et d’amplifier la place des principes et des valeurs de l’Education populaire dans toutes nos actions et dans toutes nos associations
  • rendre nos maisons et nos collectifs toujours plus capables d’accueillir et d’intégrer des publics très divers
  • intégrer tous nos publics dans nos instances décisionnelles, locales et nationales
  • faire évoluer nos modes d’actions et de revendications
  • renforcer les compétences et savoir-faire en matière de recrutement/Mutualiser les outils de gestion

 

Vous aurez amélioré

  • votre connaissance sur la vie des associations et leurs spécificités
  • votre compréhension de l’accompagnement, de l’intégrations des personnes au sein de ces associations et des enjeux que cela implique
  • et votre capacité à imaginer des modes du vivre-ensemble de manière collective, constructive et harmonieuse.           


Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation.
Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation Elle s’adresse à tous les chômeurs et précaires des associations affiliées au MNCP, salariés et bénévoles, impliqués dans la défense de leurs droits et de leur représentation, ainsi que dans celle des chômeurs et précaires non adhérents de manière inconditionnelle, sans distinction d’origine, de sexe, d’âge et de confession.

Une meilleure intégration et un meilleur accompagnement s’avèrent primordiaux pour le développement et la survie de nos associations. Il en va de la défense collective des droits des plus précaires. Défense qui se fait elle-même dans un environnement incertain. Dans ces conditions, il n’est pas rare de rencontrer au sein de nos propres associations des tensions inhérentes aux difficultés rencontrées. Dans un tel environnement, souvent anxiogène et parfois délétère, il est essentiel de trouver la mesure la plus appropriée en respect aux droits et aux personnes, en remettant en particulier au centre de nos préoccupations et actions l’Education populaire ainsi que ses valeurs. Non seulement il s’agit de créer et de pérenniser du collectif aux sein des associations affiliées au sein du MNCP, mais également à ceux qui les font vivre, salariés et bénévoles, de leur donner envie de rester et de continuer à défendre les droits des plus précaires – tâche au quotidien somme toute assez ingrate.

CONTENU DE LA FORMATION (3 jours)

Jour 1 : Etat des lieux des associations : usagers, adhérents et instances. Travail en ateliers sur les déclinaisons de nos grandes thématiques que nous n’explorons pas ou pas suffisamment (cf. Charte, revenus…). Restitution des ateliers et synthèse.

Jour 2 : Place de l’emploi salarié dans le projet associatif/Le rôle des bénévoles. Le cadre juridique, les acteurs de la fonction employeur, les acteurs de décision (droit du travail, conseil d’administration…)

Quels messages les maisons de chômeurs envoient-elles aujourd’hui ? A qui ? Comment ? Quels outils et quels modes d’action pour intéresser à nos combats ? Et intégrer tous ceux qui nous sollicitent ?

Jour 3 : Quelle place pour chacun dans notre Mouvement ? Dans ses instances ? Ses associations ? Ses revendications ? Bilan et évaluation.

L’Europe, et les politiques européennes, sont un enjeu majeur pour les chômeurs et précaires et la défense de leurs droits. Le cadre européen est donc désormais incontournable. C’est donc aussi à cette échelle que leurs droits doivent collectivement être défendus et promus. Il en va de leur force et de leur continuité. Telle qu’elle a été pensée et construite dans les années 1990, l’Europe sociale fut la grande oubliée des traités, ses fondateurs étant davantage préoccupés par les dimensions économique et financière. La crise de 2008 rappelle à tous la triste réalité d’un monde se souciant peu de l’indispensabilité du respect des droits sociaux. Encore faut-il, pour que ces derniers soient respectés, que les chômeurs et précaires soient organisés en répondant à des objectifs et préoccupations communs. S’interroger sur « La place des mouvements sociaux en Europe » semble, dans ces conditions, être un préalable indispensable à la mise en place, par ces mêmes mouvements, d’une défense commune des chômeurs et précaires.

 OBJECTIFS

  • faire un rappel historique des institutions européennes/des mouvements sociaux
  • identifier l’hétérogénéité des mouvements sociaux européens, leurs apports et leurs limites
  • mettre en perspective les actions existantes (forums, Actions citoyennes), et celles envisagées dans le contexte européen actuel (marches des chômeurs, caravanes, etc.)


Vous aurez amélioré

  • votre connaissance sur les institutions européennes et leurs rapports avec les mouvements sociaux
  • votre compréhension de l’ensemble des mouvements sociaux au sein de l’Europe avec leurs propres spécificités et caractéristiques de fonctionnements
  • votre capacité mutualiser les expériences et à imaginer des actions communes, non plus locales et nationales, mais européennes                                                                   


Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation.
Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation Elle s’adresse à tous les chômeurs et précaires des associations affiliées au MNCP, salariés et bénévoles, impliqués dans la défense de leurs droits et de leur représentation, ainsi que dans celle des chômeurs et précaires non adhérents de manière inconditionnelle, sans distinction d’origine, de sexe, d’âge et de confession.

« L’union fait la force » : les associations de chômeurs en ont pleinement conscience. Engluées dans leurs préoccupations, débordées par les demandes des chômeurs et précaires, par les difficultés à résoudre au quotidien, au local et au national, les associations de chômeurs affiliées au MNCP sont en quête aussi des expériences d’autrui – pour les sortir de leur quotidien, pour échanger et mutualiser les expériences. La recherche et la compréhension de l’altérité est une composante essentielle à leur défense. Déterminer les pratiques de l’ailleurs, en Europe, en matière de défense des droits des chômeurs et précaires s’avère indispensable à sa compréhension et à son adaptation, dans la perspective aussi d’en changer les politiques sociales.

CONTENU DE LA FORMATION (3 jours)

Jour 1 : En introduction, tour de table des attentes de stagiaires de la formation. Rappel historique de l’Europe et des institutions de l’Union. Par les textes, s’interroger sur l’existence ou pas d’une Europe sociale.

Jour 2 : Définition des mouvements sociaux à travers leur évolution (théorie et histoire). Panorama des mouvements sociaux actuels en Europe (Les indignés, etc). Qui sont-ils ? Comment sont-ils constitués ? Comment s’organisent-ils ? Quelles sont leurs légitimités ? leurs fondements ?

Réflexion sur les apports et les limites de l’hétérogénéité des mouvements sociaux en Europe (travail par petits groupes).

Jour 3 : Mise en perspective des actions existantes et celles envisagées dans le contexte européen actuel.

Souvent stigmatisés, les chômeurs et précaires n’ont pas toujours l’image méliorative qu’ils devraient avoir d’eux-mêmes et ne se considèrent pas comme des citoyens comme les autres, avec des devoirs à respecter, certes, mais aussi des droits à faire valoir et à exercer. Bien que le discours ambiant insiste sur leur responsabilité, il n’est pas rare de les considérer souvent comme des êtres mineurs, sorte de sous-citoyen qu’il faudrait prendre en charge comme des enfants, voire comme des délinquants. Le monde de l’insertion et de l’accompagnement des chômeurs et des précaires n’est pas toujours exempt de ces travers, notamment en voulant faire leur bien à leur place, et par conséquent souvent sans eux. Dans ces conditions, chômeurs et précaires s’éloignent souvent de ces dispositifs. Tout se passe comme si le binôme redoutable « responsabilisation/assistanat » rendait ces deux mondes inconciliables, et donnait aussi raison au discours du « mieux que rien ».

 OBJECTIFS

  • redéfinir les concepts, les objets et les moyens
  • cerner les mesures mise en place/les pratiques
  • se réapproprier sa citoyenneté/son rapport à autrui par l’éducation populaire.

 

Vous aurez amélioré

  • votre connaissance de l’ensemble des dispositifs d’insertion mis à disposition des chômeurs et précaires sur l’ensemble du territoire
  • votre compréhension de ces dispositifs et des moyens de s’en dégager afin de faire valoir ses droits et son libre arbitre en tant que citoyen
  • et votre capacité mutualiser les expériences et imaginer d’autres actions et dispositifs propres aux chômeurs et précaires                                                               


Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation.
Aucun prérequis n’est nécessaire à cette formation Elle s’adresse à tous les chômeurs et précaires des associations affiliées au MNCP, salariés et bénévoles, impliqués dans la défense de leurs droits et de leur représentation, ainsi que dans celle des chômeurs et précaires non adhérents de manière inconditionnelle, sans distinction d’origine, de sexe, d’âge et de confession.

 

Les chômeurs et précaires sont souvent ballotés de politique d’insertion en politique d’insertion, qui, ne leur permettent pas de construire leur avenir dans la société de façon durable, ce qui conduit à les installer dans la précarité. De nombreuses offres et politiques sont mises en place pour sortir les chômeurs et précaires de leur situation. Mais difficile pour eux de s’y retrouver. Il s’avère important de les guider dans les méandres des dispositifs et mesures mises à leurs dispositions. Cette question pose aussi celles de notre perception et du rapport au travail, à l’emploi et à l’activité, étant entendu que l’insertion d’un individu ne se résume pas à son emploi. Sur ce point, les maisons de chômeurs permettent aussi aux plus fragiles de se percevoir différemment et de redevenir acteur de soi en relation aux autres en dehors d’une relation travail/emploi. Tout l’enjeu de cette formation « La question de l’insertion des chômeurs et précaires » est de ne pas la réduire à ce dernier aspect, mais de l’élargir en en redéfinissant les concepts et en inscrivant les individus dans une relation citoyenne plus large aux autres au sein de la société. Le recours à l’éducation populaire dans les maisons de chômeurs ayant ainsi toute sa place.


CONTENU DE LA FORMATION (3 jours)

Jour 1: En introduction, définir collectivement les concepts liés à l’insertion. Différencier emploi/Travail/Activité. S’interroger sur sa propre perception de l’insertion.

Jour 2: Appréhender les typologies d’insertion. Echanges des vécus des uns et des autres. Identifier les pratiques.

Identifier différentes expériences de maisons de chômeurs. Une manière autre de s’insérer par la réappropriation de sa citoyenneté et de son rapport à autrui (par groupes/Scénettes de théâtre)

Jour 3: Synthèse de l’insertion. S’interroger sur l’acceptation de soi en dehors des schémas préétablis (cf. pouvoir d’agir). Bilan de la formation.

Formation débat - Déc 2015 - © Jérémie Lusseau

Nos formateurs

Le MNCP est une fédération qui a capitalisé sur trente années d’expériences associatives un volant de compétences très important.  L’expérience du MNCP a permis aux formateurs qui font partie intégrante de la fédération d’acquérir, au-delà de leurs compétences professionnelles et collectives propres, une expérience de terrain indispensable.

Marc Desplats

Professeur à la retraite, il est à l’origine de la création et du maintien de plusieurs associations, et est un membre actif de la formation. Il s’est spécialisé dans la défense des droits des chômeurs et précaires, et anime les plateformes juridique et revendicative du MNCP. Son expérience professionnelle dans la formation : administrateur et membre fondateur d’associations (Le Droit au Travail, ABCDE, CATS, PRO DOMO 67), dans la formation professionnelle continue des jeunes, des salariés et des questions d’insertion (membre du COREF, de la COPIRE, administrateur AGEFOS et FAF de l’EST, membre du Comité régional ANPE).

Marie Lacoste

Diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Toulouse, elle dirige depuis quinze ans l’association Avenir. Au cours de son parcours professionnel, elle s’est familiarisée avec le processus de formation, dans le champ associatif et social. Elle intervient aujourd’hui régulièrement pour former des professionnels et des demandeurs d’emploi sur des domaines variés : élaboration d’un diagnostic territorial, montage de projet, création d’entreprise, création et gestion d’une association, accès aux droits sociaux, médiation et recours.

Jean-Louis M’Pelingo

Directeur d’une association de chômeurs et précaires, il s’est spécialisé dans l’ESS, titulaire d’un Master d’Entrepreneur de L’Economie Sociale et Solidaire. Depuis dix-huit ans, son parcours professionnel l’a amené à enseigner, à accompagner la création et la reprise d’entreprises, à encadrer et suivre la constitution de projets. Il s’est également spécialisé dans la recherche de financements spécifiques aux activités relevant de l’ESS. Ses expériences en formation : Intervenant en finances solidaires auprès d’apprenants de niveau 1: Diplôme d’Etat d’Ingénierie Sociale (DEIS) avec l’Institut des Travailleurs Sociaux de la Région Auvergne (Itsra), Master Insertion et ESS et Entrepreneur de l’ESS avec l’Université de Paris-Est Marne-la-Vallée et L’Institut Régional Universitaire et Polytechnique de Saint-Etienne.

Laurent Delavigne

Investi dans le milieu associatif depuis de nombreuses années, il a présidé, coordonné et animé plusieurs associations de chômeurs (Pas-à-Pas, CPP) et a joué également un rôle de médiateur social. Il a assumé la fonction de délégué territorial du MNCP, et a représenté à ce titre les mouvements de chômeurs dans de nombreuses institutions territoriales, nationales et européennes.

Pierre-édouard Magnan

Titulaire d’un master recherche en histoire, ses engagements à la fois associatifs et mutualistes. Au cours de son parcours professionnel, il a été amené à diriger plusieurs associations du MNCP (Assol/CPP), à assumer la fonction de trésorier puis de délégué fédéral du MNCP. Actuellement président d’une mutuelle, il est membre du CA d’un gestionnaire de sécurité sociale étudiante après avoir été impliqué dans les instances universitaires et étudiantes (Universités, CROUS). Ses expériences en formation : Pôle emploi, centre de formation d’organisation représentative, Mutualité, associations de chômeurs et MNCP.

Bernard Gouédic

Après des études d’économie, il a géré différentes entreprises, puis s’est impliqué plus particulièrement dans la direction de ressources humaines, ce qui l’a incité ensuite à s’engager dans des entreprises d’insertion et dans le milieu associatif. Au cours de son parcours professionnel, il a également animé et coordonné l’association de chômeurs de Morlaix. Il a été ainsi amené, dans ses fonctions, à rechercher des subventions, à s’inscrire dans une politique revendicative et de représentativité des chômeurs auprès des instances publiques, tout en élaborant des actions de formation.

Xavier Pottiez

Responsable de formation, il est titulaire d’une maîtrise en sciences de l’éducation et d’un DUFA. Son parcours professionnel comprend autant d’expériences en associations que d’animations bénévoles auprès de publics très divers (jeunes en difficultés, adultes, handicapés, etc.). Il conçoit et anime régulièrement des formations. Ses expériences en formation : SNC, AFPA,CREFO, APP, Missions locales, EPI Intérim, ALAP...

Roger Winterhalter

Il dirige actuellement La Maison de la citoyenneté mondiale à Mulhouse en Alsace. Ancien expert-comptable à la retraite, il s’est très vite engagé contre nombre d’injustices, qu’il a tenté d’amoindrir lorsqu’il fut, entre autres, maire de Lutterbach et conseiller régional d’Alsace. Au sein de la MCM, il a poursuivi des responsabilités d’accompagnements et de projets dans le cadre de l’économie sociale et solidaire. Il anime régulièrement un groupe de chômeurs et de personnes en situation de précarité. L’association affiliée au MNCP s’interroge aussi depuis longtemps sur un revenu comme un moyen de réduire les inégalités, et Roger Winterhalter, en cohérence avec les engagements qu’il a eu et ceux qu’il continue de porter, en est un fer de lance.

Jean-Paul Baratin

Retraité, il s’est fortement investi comme bénévole au sein du MNCP et à travers l’association Chom’actif de Clermont-Ferrand en Auvergne, dont il a été le directeur et le président. Depuis une quinzaine d’années, il reste très actif dans la défense des chômeurs et précaires et leur représentativité, autant au local, au régional et également au national. Outre la défense des droits, il est aussi amené à animer et coordonner des groupes de chômeurs au sein de Chom’actif, et en lien avec d’autres associations sur le territoire.

jQuery(document).ready(function($) { var delay = 100; setTimeout(function() { $('.elementor-tab-title').removeClass('elementor-active'); $('.elementor-tab-content').css('display', 'none'); }, delay); });