Actualités

Lettre ouverte à Emmanuel Macron, Président de la République

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

 

Monsieur le Président de la République,

Depuis deux ans, vous exercez votre fonction et vous dites gouverner autrement, porteur des méthodes et des valeurs d’un monde qui serait nouveau. Sans doute l’est-il pour vous,
M. le Président, mais pour les chômeurs et les précaires, ce monde est toujours celui de la pauvreté, de la stigmatisation et du mépris. Alors, pour nous, depuis deux ans, rien de nouveau.

Depuis deux ans, Mme Pénicaud occupe le ministère du Travail et les organisations de chômeurs et précaires attendent toujours d’être reçues, écoutées et associées aux décisions politiques qui pèsent si lourdement sur leur vie. Alors, pour nous, depuis deux ans, toujours rien de nouveau.

Depuis deux ans, les chômeurs et les précaires sont l’objet de malveillances et de brutalités verbales et sociales de la part de votre majorité et de vous-même. Des Bahamas à l’autre côté de la rue, nous sommes toujours accusés de voyager, mais notre destination n’est jamais un emploi décent ni un revenu stable. Alors, pour nous, depuis deux ans, encore une fois, rien de nouveau.

Depuis deux ans, nous avons : toujours du contrôle, toujours un emploi pour dix chômeurs, toujours des phrases blessantes, toujours des menaces sur l’assurance-chômage, toujours la précarité dans notre vie. Tout cela, M. le Président, cela fait des décennies que cela dure, et cela continue encore aujourd’hui. Alors, pour nous, depuis deux ans, une fois de plus, rien de nouveau.

Vous parlez souvent, M. le Président, avec vos ministres, avec vos élus, avec vos soutiens, d’écouter et de faire participer le plus grand nombre aux « réformes ». Aujourd’hui, vous avez encore exclu les chômeurs de la société : une conférence sociale a lieu au moment même où nous vous interpellons et il y manque près de 15% des français, les chômeurs et les précaires. Alors, le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (MNCP) vous demande de reconnaître enfin notre capacité à proposer, débattre et construire, ainsi que notre droit légitime mais toujours bafoué d’être consultés et entendus.

Vous voulez réformer l’assurance-chômage ? Pour la première fois depuis son invention, ne le faites pas sans les premiers concernés. Alors, pour nous aussi, et pour la première fois depuis deux ans, il y aura quelque chose de nouveau.

 

Pierre-Edouard Magnan
Président du MNCP
06.79.91.63.18

3 réponses

  1. Très bien rédigé, mais lettre morte, comme celle que j’ai adressée au #présidentMACRON contre augmentation #CSG, et suppression des privilèges octroyés aux politiques., à mon avis.
    Cordialement
    LeCRIducitoyen

  2. Très bien cette lettre , mais encore un coup d’épée dans l’eau , il faut parler de la réduction du temps de travail, il faut leurs marteler cette idée dans leurs crânes, sinon ils sortiront tjrs les mêmes lubies qu’on nous sort depuis 40 ans, ils sont pareils au précédents avec moins de rides !…. .

  3. Je trouve aussi très bien cette lettre. J’ai pour ma part interpeller Monsieur Macron par mail sur les chômeurs et les précaires.
    Au bout de 4 mois j’ai eu une réponse de son chef de cabinet m’orientant vers le site du bilan du “grand débat national”.
    Soit ils le font exprès soit tous autant qu’ils sont ils ne veulent pas assumer que nous existons. Nous devons rester sans existence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *