/L’AADEPA : toujours engagée mais un avenir menacé (Annœullin)

Actualités

L’AADEPA : toujours engagée mais un avenir menacé (Annœullin)

Installée à Annœullin depuis maintenant plus d’une vingtaine d’années, l’Association d’Aide aux Demandeurs d’Emploi et Précaires Annoeullinoise (AADEPA) continue ses actions auprès des chômeurs et précaires tout en luttant pour sa propre survie.

Café rencontre à Sainghin-en-weppes

Des cafés rencontres hors ses murs

L’AADEPA accompagne les personnes sur des questions de défense des droits, de logement, elle participe également aux comités de liaison de Pôle emploi. En dehors de l’accueil qu’elle propose dans ses locaux à Annœullin, l’association a initié depuis quelques semaines, l’organisation de réunions publiques dans les communes aux alentours.

Le mois dernier, un café rencontre s’est tenu à Sainghin-en-weppes, une localité voisine. L’occasion de faire connaitre l’association et surtout d’échanger avec des personnes qui n’ont pas la possibilité de se déplacer jusqu’au local d’Annœullin faute de moyens financiers ou de transports. Bien que très utiles, ces rencontres ne peuvent se faire qu’avec un soutien fort des communes environnantes et la problématique des chômeurs et précaires n’est toujours pas celle qui mobilise le plus.

Un combat pour survivre et continuer à accueillir les chômeurs et précaires

L’AADEPA, comme beaucoup d’autres associations du mouvement, souffre des baisses importantes de subventions de ces dernières années. Aujourd’hui l’avenir de l’association est clairement menacé. Faute de moyen, mais pourtant pas faute de travail, elle devra très certainement se séparer de sa seule salariée d’ici quelques mois. Sans permanente, il sera très compliqué de continuer à accueillir les chômeurs et précaires.

Pour autant, Sylvie, animatrice de l’AADEPA depuis neuf ans, et l’équipe de bénévoles engagés continuent de se battre et de faire vivre l’association. Un prochain café rencontre est prévu, cette fois dans les locaux à  Annœullin, le 4 juin prochain à 15h. Une quinzaine de personnes est attendue. L’occasion de défendre encore et tant qu’il sera possible la voix des chômeurs et précaires.