/Face au décès de l’assurance chômage, les chômeurs font leur deuil devant l’Assemblée Nationale !

Actualités

Face au décès de l’assurance chômage, les chômeurs font leur deuil devant l’Assemblée Nationale !

Nous, associations de chômeurs accompagnées par d’autres organisations et syndicats, avons organisé ce début d’après-midi un die in pour exprimer notre colère et nos inquiétudes face à la réforme de l’assurance chômage. L’UNEDIC l’a encore annoncé hier, plus de 40% des personnes indemnisées vont être affectées !

Le 25 septembre 2019, plusieurs organisations de défense des droits des chômeurs et précaires (MNCP, APEIS, AC!, CGT Chomeurs, SNU Pôle Emploi, Solidaires, Emmaus…) se sont rassemblées devant l’assemblée nationale pour organiser un die in en signe de protestation contre la reforme de l’assurance chômage. Crédit photo : Jérémie Lusseau

Depuis le Mouvement des Gilets jaunes, le gouvernement nous a dit : nous avons entendu, nous allons changer de méthode, construire avec celles et ceux qui sont directement concernés et agir contre les inégalités.
Depuis les élections européennes, le gouvernement nous a dit… la même chose.
Depuis les homards et les dîners entre amis, le gouvernement nous a dit… toujours la même chose.

Or, depuis tout ça, pour les chômeurs et précaires, rien ! Ou bien, encore pire !

Une « nouvelle assurance chômage » a été conçue par quelques experts, imposée par quelques ministres, sans débats ni négociations avec les chômeurs ! Une réforme par décret qui exclut 10% des chômeurs des allocations et réduit les droits de 40% d’entre eux !

Un futur revenu soi-disant universel et toujours d’activité arrive. On attend toujours d’être enfin entendus. On s’attend hélas à une fusion d’un maximum d’allocations et à une réduction des droits. Et on attend surtout que les précaires et leurs associations soient enfin associées aux échanges !

Une réforme des retraites se prépare. Elle aura pour conséquence première de renforcer la double-peine dont sont victimes tous les précaires de ce pays : pas d’emplois, pas de salaires, et au bout du compte, pas de retraite !

Et l’on pourrait ajouter les contrôles qui à Pôle emploi, dans les CAF, dans les Conseils départementaux, se développent toujours plus contre les chômeurs et précaires, que l’on condamne pour ne pas trouver des emplois qui n’existent pas ! Coupables d’être pauvres !

Face à cette offensive d’une violence inédite, c’est plus que jamais le moment de se mobiliser et d’agir. La rentrée est le temps de la prise de parole, de l’action et du combat pour les chômeurs et les précaires, comme pour leurs associations. Nous ne voulons plus voir se développer ce monde qui ne sert que les riches et ne pense qu’à l’argent, marchant sans vergogne sur les chômeurs, les précaires, les salariés, les retraités…

Les associations de chômeurs exigent donc d’être reçues par les parlementaires et la ministre du Travail comme tout citoyen !

Soutiens :
SNU/FSU, SUD/SOLIDAIRES, ATTAC, FAS, Emmaüs,
Pacte civique, ATD/Quart-Monde, Stop-précarité, JOC, MFRB

 

 

Ensemble, mobilisés et actifs, défendons nos droits et gagnons-en de nouveaux !