/Chôm’actif en lutte contre la réforme des retraites (Clermont-Ferrand)

Actualités

Chôm’actif en lutte contre la réforme des retraites (Clermont-Ferrand)

Mercredi 9 octobre dernier, Chôm’actif, association du MNCP à Clermont-Ferrand, a organisé avec d’autres organisations militantes une conférence de presse pour le lancement d’une pétition contre la réforme des retraites.

Crédit photo : Médiacoop

Un combat qui rassemble

Cette initiative regroupe des personnalités et membres de différentes structures associatives et militantes comme la LHD, ATTAC, Solidaires, SUD, SNUIPP-FSU, UNEF, CGT mais aussi des personnalités politiques et privées.

Le jour de la conférence de presse, 150 personnes avaient déjà signé la pétition. L’idée est d’appeler la population à se mobiliser contre le projet de réforme des retraites dont la mise en place est prévue pour l’été 2020. Il y a un besoin de faire prendre conscience que tout le monde est concerné.

Le texte de la pétition

Appuyé sur le rapport Delevoye publié en juillet 2019, le gouvernement et le président de la république veulent imposer au plus grand nombre un nouveau recul social en matière de retraite. Cette nouvelle étape de destruction vient s’ajouter à la réforme de l’assurance chômage qui risque de faire tomber dans la pauvreté des milliers de personnes quand 85 % des embauches sont en CDD, dont 60% de moins d’un mois.

Nous rejetons le projet de régime « universel » par points car ce système ne garantit aucun niveau de retraite puisque le montant de la pension dépendra de la valeur du point, décidée par le gouvernement au moment où on partira en retraite, et revue chaque année. Seul le niveau de cotisation est défini. Le régime « universel » par points c’est la disparition des 42 régimes de bases et complémentaires qui prennent en compte les spécificités professionnelles ou les contraintes particulières des différents métiers. C’est aussi la suppression de dispositifs de départs anticipés liés à la pénibilité pour un nombre non négligeable de travailleuses et de travailleurs.

Nous rejetons l’allongement de la durée de vie au travail. L’instauration d’un âge pivot à 64 ans en dessous duquel un départ sera puni d’une nouvelle décote constituerait un véritable recul de l’âge de la retraite. L’allongement de la durée de cotisation, c’est exactement la même chose. Dans un cas comme dans l’autre, c’est le travail à vie quand des millions de jeunes aspirent à trouver un emploi. Si les anciens travaillent plus longtemps, les jeunes seront plus longtemps chômeurs, chômeuses ou précaires.

Nous rejetons le calcul du niveau de pension sur l’ensemble de la carrière plutôt que sur les meilleures années, ou les 6 derniers mois dans la fonction publique. Cette méthode de calcul pénaliserait encore davantage les plus petits salaires, celles et ceux qui ont subi le temps partiel, les périodes de chômage ou de précarité. Cette méthode de calcul creuserait encore les écarts au détriment des femmes.

Cette réforme est une réforme contre notre système solidaire de retraites. Elle baisserait une fois de plus le niveau de pension de toutes et tous. Elle vise à pousser celles et ceux qui ont encore un salaire suffisant vers les systèmes d’assurance privée où chacun joue sa retraite en bourse, les autres devant se contenter d’un minimum baptisé « universel ».

Les vieux dans la misère… On n’en veut pas de cette société là.

Nous ne pensons pas que les réactions éclatées, syndicat par syndicat, soient la bonne stratégie pour gagner. Salarié-es, fonctionnaires, actifs, retraité-es, chômeurs, chômeuses, étudiant-es, syndiqué-es, non syndiqué-es, militant-es associatifs, militants politiques, Gilets Jaunes, rouges ou verts, hommes et femmes attachés au progrès social, nous voulons nous battre dans l’unité par des actions, des manifestations, des grèves avec l’ensemble des forces sociales pour une retraite digne qui s’inscrit dans la continuité du salaire.

  • Pour la retraite à 60 ans.
  • Pour une pension à 75% du revenu d’activité. Pas de pension inférieure au Smic.
  • Pour une durée de cotisation à 37,5 ans.
  • Pour la ré-indexation des retraites sur le salaire annuel moyen
  • Pour la prise en compte des années d’études, de formation et de recherche d’emploi.

 

Signez la pétition

 

Retrouvez l’article de Médiacoop sur le sujet

TAGS: