/UNEDIC : les précaires otages de la situation ?