/Saint-Girons et Couserans: la Maison des Chômeurs tire la sonnette d’alarme

Actualités

Saint-Girons et Couserans: la Maison des Chômeurs tire la sonnette d’alarme

st girons chantalePetite sœur de la Maison des Chômeurs de Saint-Gaudens, l’antenne Saint-Gironnaise, portée par MACS 09, pour Mobilisation Ariégeoise de Chômeurs Solidaires, affiliée au MNCP, le Mouvement National des Chômeurs et Précaires, a ouvert ses portes voici trois ans grâce au concours de bénévoles actifs. Article de Ariege News du 31 janvier 2014.

Depuis mars 2013, l’antenne s’est structurée, embauchant Séverine, pour assurer l’accueil et le fonctionnement de cette maison sise square Balagué à Saint-Girons. Alors, que les derniers chiffres du chômage sont tombés fin de semaine dernière faisant voler en éclat l’engagement du président Hollande, il a paru intéressant de revenir sur les missions de cette entité.

«40 maisons de chômeurs existent aujourd’hui au sein du MNCP. Dès 1987, elles ont été novatrices dans le sens où elles se sont efforcées d’apporter de nouveaux services aux chômeurs, évoque Chantal Gauthier-trésorière de la structure Saint-Gironnaise et membre du CA national.

D’abord nous fédérons et regroupons les chômeurs sur lesquels plane toujours un regard culpabilisant, voire de jugement. Nous nous faisons leur porte-parole et nous battons pour changer cette image négative qui veut que le demandeur d’emploi profite du système. La valeur travail reste centrale. Lorsqu’on a une situation de chômage, on s’isole, on s’enferme, le risque est grand de dégringoler».

Avec les Lois sur l’exclusion de 1999, Martine Aubry donne crédibilité aux maisons de chômeurs, les invitant à la réflexion. Ici le demandeur d’emploi reçoit un accueil personnalisé, une écoute qu’il n’a pas forcément ailleurs.

«Il s’agit de rompre l’isolement» Il bénéficie également de moyens techniques et informatiques, d’un accompagnement à l’élaboration de lettres et CV, dans ses recherches d’emplois. Depuis mars une cinquantaine de chômeurs ont été accueillis à plusieurs reprises.

«Nous faisons le lien entre le demandeur d’emploi et une grosse machine comme Pôle emploi, poursuit Chantal Gauthier. Nous collaborons bien avec les services de Pôle emploi. Par notre approche plus humaine on peut dire que nous agissons comme une soupape. Nous sommes intégrés dans les comités départementaux de liaison et associés occasionnellement au service public pour l’emploi local ou nous pouvons jouer notre rôle de représentation des demandeurs d’emplois»

Alors, évidemment la situation plus que tendue sur le bassin d’emplois de Saint-Girons inquiète l’association.

Toutes catégories confondues ce dernier (qui englobe officiellement le Mas d’Azil mais pas le Séronais rattachés à Foix) compte 2735 demandeurs d’emplois à fin 2013, soit une augmentation de 8.7% en un an, pour un taux de chômage supérieur à 13%.

Par ailleurs, l’importance du taux de non emplois des seniors, dont une frange importante est sans diplôme ou titulaire du CAP-BEP suscite bien des inquiétudes sur une population fragilisée, en grande détresse sociale et aux portes de l’illettrisme.

D’autres indicateurs restent alarmant comme le taux de RSA sur le bassin de Saint-Girons qui atteint les 31%, celui des ASS qui a augmenté de 12,3% et un nombre de demandeurs d’emplois de longue voire très longue durée supérieur à plus de la moitié des inscrits.

« On nous masque la réalité en jouant avec les catégories, s’insurge Chantal Gauthier. En plus chaque institution, le BIT, l’INSEE ou Pôle Emploi, a des statistiques différentes. Pour nous un demandeur d’emploi qui accepte une courte période de formation, souvent mal indemnisée ou un contrat précaire, reste évidemment en recherche d’emplois»Alors, en cette période pré-électorale, les membres de l’association affichent leur vigilance «nous nous continuons toujours le même combat, celui de la défense des droits du chômeur. Nous ne faisons pas de politique et voulons rester neutres»

Pour autant, «notre demande serait que les élus, quels qu’ils soient nous consultent et nous sollicitent davantage,» concède Chantal Gauthier qui en appelle aussi «à plus d’entraides et de partenariats d’autant que nous percevons très peu d’aides des communes. Surtout que nous apportons un réel service dans les communes rurales isolées où bien des demandeurs d’emplois sont confrontés à des problématiques de mobilité, transport ou logement voire de véritable détresse sociale»

Pour l’heure, au plan national les partenaires sociaux redéfinissent au coude à coude la convention UNEDIC, celle qui détermine les conditions d’octroi des allocations de retour à l’emploi. Pour Chantal Gauthier il convient de rester vigilant «pour ne pas risquer de courir vers des situations catastrophiques pour les demandeurs d’emplois»

Mais, plus localement, ici au cœur de Saint-Girons c’est un autre projet, autour d’un atelier d’insertion par l’activité économique avec la création d’un atelier couture qui mobilise la petite équipe. Si bien sûr les moyens, financiers notamment, suivent.

Plus d’informations:
Permanence MACS 09
1 Square Balagué – St-Girons
Lundi – mardi -jeudi – vendredi de 9h à 12h
Sur Rdv à partir de 13h30: Lundi – mardi – jeudi
Tel: 05 61 64 95 50 / macs09@sfr.fr