Actualités

Les organisations de chômeurs et de précaires demandent à rencontrer la Ministre du Travail

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Inquiets et en colère, nous, organisations nationales de chômeurs et précaires (AC!, APEIS, CNTPEP-CGT et MNCP) avons envoyé ce jour un courrier à Elisabeth Borne, Ministre du Travail, en demandant à la rencontrer au plus vite. Voici le courrier.

Madame la Ministre,

Les organisations de chômeurs et de précaires rassemblent, organisent et mobilisent les chômeurs et les précaires partout en France. La période que nous connaissons depuis bientôt 14 mois a provoqué une explosion des demandes, des sollicitations dont nous sommes l’objet, mais aussi des drames humains et sociaux que nous essayons de combattre et de résoudre. La crise sanitaire, économique et sociale que nous traversons a précarisé des milliers de personnes qui se pensaient à l’abri, et a mis encore plus en danger toutes celles et tous ceux qui l’étaient déjà depuis longtemps.

Le gouvernement a annoncé depuis le printemps 2020 des reports successifs des nouvelles règles de l’assurance-chômage : le 1er juillet 2021 semble marquer la fin de ce sursis. Et pourtant, nous qui dénonçons ces règles injustes et inefficaces depuis le début, nous avions pu espérer que le gouvernement lui-même avait admis que ces nouvelles règles précarisaient les chômeurs et les précaires de ce pays : en effet, si ces règles étaient aussi positives et souhaitables que ce que l’on nous a affirmé continûment, alors c’est justement dans un moment de crise qu’elles auraient dû porter tous leurs fruits et tous leurs avantages ! Avec ou sans coronavirus, ces règles pénalisent les chômeurs, et les pénaliseront donc tout autant à l’été 2021 qu’à l’automne 2019. En conséquence, les quatre organisations de chômeurs maintiennent leur exigence : retrait et annulation définitive de cette réforme de l’assurance-chômage.

Jusqu’alors, les chômeurs et les précaires, et leurs organisations, ont été ignorées par le gouvernement. Toutes les politiques publiques qui les concernent ont été menées à peu près sans eux depuis 20 ans. Dans la crise que nous traversons tous, il faut que cela change. Les personnes en situation de chômage et de précarité, ainsi que les associations qui les regroupent et les accompagnent et qui sont elles aussi les oubliées de la première ligne du front sanitaire, demandent que vous les receviez, que vous les écoutiez et que vous entendiez leurs avis.

Dans l’attente de votre réponse, et vous assurant de notre engagement au service des chômeurs et précaires, nous vous prions d’agréer, Mme la Ministre, de l’assurance de notre considération.

 

Voir le courrier en pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *