Actualités

La MCM face à la problématique du mal logement (Mulhouse)

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Créée en 2002, la Maison de la citoyenneté mondiale, association du MNCP à Mulhouse, accueille de manière inconditionnelle toutes celles et ceux qui se retrouvent un jour en difficulté dans l’accès aux droits, aux institutions, à la vie collective, citoyenne et associative. Si longtemps, la problématique de l’emploi a été au centre des préoccupations, elle est depuis quelques années rattrapée par la question du mal logement.

André Barnoin est responsable du groupe de chômeurs de la MCM depuis plus de 15 ans. « La question du logement n’était pas une préoccupation qui arrivait jusqu’à nous ». En effet, d’autres associations comme le DAL luttent spécifiquement sur cette question. Mais force est de constater qu’avec l’augmentation de la précarité, la préoccupation de se mettre un toit sur la tête frappe de plus en plus de personnes. « Souvent les gens se tournent vers nous parce qu’ils ne savent pas à qui s’adresser. Mais nous non plus. »

dessin_dede_PRISE EN CHARGE SOCIALE« Les personnes que nous recevons ne présentent souvent pas les garanties suffisantes pour accéder à un logement dans le parc privé, ni même à vocation sociale. On fait face aux craintes de plus en plus importantes des logeurs. » Au final, même si elle essaye de dénouer les situations quand elles se présentent, la MCM se retrouve quelque peu démunie sur ce sujet. « A Pôle emploi, on trouve les interlocuteurs pour discuter, mais sur la question du logement c’est très compliqué de trouver les interlocuteurs pour faire avancer les dossiers. »

Pour André Barnoin, « c’est le symptôme d’un climat social complètement dégradé sur la localité. Tu ne trouves pas de logement mais tu ne trouves pas de boulot. Et tu dois faire face à une administration qui chipote sur les aides.»

Un collectif pour réunir les acteurs qui luttent contre le mal logement à Mulhouse

Pour faire face, la MCM a rejoint le Collectif des Associations Unies du Haut-Rhin (AU68). Ce collectif s’est constitué afin d’agir pour une nouvelle politique du logement et de l’hébergement des plus démunis. Des actions ont été menées. En octobre dernier par exemple, une centaine de militants ont symboliquement installé cinquante lits de camp devant la sous-préfecture de Mulhouse pour réclamer des places supplémentaires d’hébergement d’urgence.

Le conseil de développement de l’agglomération a fait réaliser un diagnostic sur la situation générale du logement à Mulhouse. Les résultats sont très critiques quant aux politiques menées en la matière et dénoncent un manque de stratégie d’ensemble. Pourtant cela ne suscite pas de réactions des élus en place. « Le seul moyen de faire bouger les choses, c’est de prendre les manettes. »

Chaque jour à Mulhouse, 100 personnes sans solution d’hébergement

dessin_dede_TOUJOURS INNOVER

Suite à une interpellation des Gilets Jaunes en février 2019 pour s’opposer à la mise à la rue des sans-abris à la fin de la période hivernale, la MCM, avec le collectif AU68, a monté un projet de lieu d’accueil unique et ouvert sans interruption pour toutes les personnes privées de logement ou mal-logées. Le projet a été proposé à la municipalité mais n’a toujours pas abouti à ce jour. Cette proposition sera soumise aux candidats en lice et leur réponse sera évidemment portée à la connaissance du grand public.

La MCM et les associations mobilisées ont décidé d’aller encore plus loin, et de s’investir dans les prochaines municipales pour peser réellement sur les choix de politiques locales. Elles ont déjà réussi à en faire un enjeu majeur des prochaines élections. « Même si nous ne sommes pas élus, nous aurons des personnes dans la prochaine municipalité pour porter la question du mal logement. »

Le 5 mars prochain, l’AU68 organise une journée de sensibilisation pour « Lutter contre le mal logement dans les communes et dans l’agglomération ». Elle réunira une centaine d’acteurs de la région mulhousienne et sera évidemment un moment privilégié pour aborder ces questions à dix jours du premier tour des élections municipales.

 

Aller plus loin…

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *