/Interview autour du livre…

Actualités

Interview autour du livre…

Jean-François Yon, coordinateur de l’ouvrage « Chômage, précarité : halte aux idées reçues », mais aussi militant et président du Mouvement National des Chômeurs et Précaires de 2004 à 2010, nous livre une interview permettant de comprendre un peu mieux les tenants et les aboutissants de ce projet. 

 

  • Pourquoi cette initiative ?

Dans une période où l’organisation du mouvement social est difficile et  l’action citoyenne trop faible, et dans la perspective du prochain moment électoral, mais bien au-delà, nous avons pris cette initiative de réunir dans une même démarche, un même projet, 25 organisations syndicales et associatives qui œuvrent concrètement et quotidiennement avec leurs différences et leurs complémentarités, contre le chômage, les précarités, pour les chômeurs et précaires, leurs droits, pour l’emploi et un nouveau type de développement . Chacune a pris la plume pour écrire un chapitre du livre en répondant à l’une des idées reçues, en rapport avec son domaine d’intervention et ainsi démontrer comment on peut agir pour la contrecarrer

 

Alors que notre société s’est avérée incapable depuis 40 ans de trouver des solutions au chômage de masse, ce qui nous réunit tous est d’œuvrer pour que les personnes au chômage et en précarité aient vraiment leur place en tant que citoyen à part entière. Nombreux sont ceux, déjà, qui essaient d’agir d’une manière ou d’une autre. Notre regroupement veut signifier aussi la nécessité de continuer à chercher et mettre en œuvre des solutions innovantes pour assurer à chacun et chacune sa place avec un revenu suffisant pour vivre. Nous savons aussi que cela passera par des politiques nationales et européennes plus ambitieuses qui ne verront le jour que si nous sommes nombreux à exiger ces changements majeurs. Ce livre et ce que nous organiserons par la suite concourront, nous l’espérons, avec d’autres initiatives, à favoriser cette mobilisation citoyenne.

Cette démarche, d’un collectif très élargi, entamée avec ce livre est un événement en soi.

 

  • Pourquoi ce livre est-il un événement?

Parce qu’il réunit sans doute pour la première fois des acteurs sociaux dont un certain nombre n’ont pas l’habitude d’agir ensemble.

Ainsi tous ensemble, avec l’apport des uns et des autres, nous voulons faire reculer la stigmatisation que subissent toujours les chômeurs et les précaires, mais aussi la banalisation du chômage et de la précarité. Nos sociétés ont intégré trop facilement ces chiffres insupportables: 10 millions de personnes qui vivent avec de grosses difficultés, 5,5 millions inscrites à Pôle emploi, des embauches majoritairement en CDD très courts… Ces chiffres révèlent de maux importants : rejet de l’autre, repli sur soi et sa vie privée avec comme corollaire un faible engagement dans la sphère sociale et sociétale, développement de l’extrême droite etc…

Ce livre veut contribuer à changer le regard, rompre avec une passivité trop évidente. Ainsi, chaque organisation contrecarre une idée reçue avec un argumentaire étayé. Exemples : « les chômeurs ne cherchent pas de boulot », « ils sont trop indemnisés », « coûtent trop chers à la société », « ne sont pas capables de créer leur entreprise », « les employeurs n’en veulent pas », ou bien, « le chômage c’est la faute des étrangers », « certes le système actuel ne règle pas la question du chômage mais il n’y pas d’alternatives » etc…

 

  • Ne faites-vous que de réfuter des idées reçues ?

Non, nous n’en restons pas là chaque organisation présente, en lien avec l’idée reçue traitée, des récits d’expériences, des initiatives nouvelles en cours et des propositions  (dans les domaines de l’accès et de la défense des droits, mais aussi dans les secteurs de l’économie sociale et solidaire ou du développement à l’échelle des territoires) :

Notre objectif : montrer ce que les chômeurs et les précaires bâtissent avec d’autres.

 

  • Au-delà des articles des uns et des autres, où est le « faire ensemble » ?

Le livre par les différentes approches qu’il propose constitue déjà un faire ensemble car les interventions sont complémentaires et représentent, réunies, une contribution dans la lutte contre le chômage. Comme nous l’évoquions déjà, ce n’est pas si souvent que des mouvements associatifs importants et de grandes organisations syndicales font cette démarche. Pour donner plus de force à cette initiative, un texte commun est présenté à la fin de l’ouvrage mettant en évidence ce qui réunit l’ensemble des 24 organisations impliquées

 

  • Et la dimension européenne et internationale du chômage et de la précarité ?

Nous tenions à ce qu’elle soit présente. C’est pourquoi nous avons tout de suite pensé à Ken Loach pour la préface du livre. A cause de son dernier film « Moi, Daniel Blake » qui a obtenu la palme d’or à Cannes en 2016 et qui raconte avec beaucoup de force et de délicatesse les obstacles considérables et inacceptables que doivent affronter en Grande Bretagne un homme, une femme et ses enfants, en précarité. En cela, ce film est une magnifique introduction à notre démarche et un rappel des souffrances que beaucoup d’hommes, femmes, enfants dans tous les pays d’Europe et sur la planète doivent affronter. Comme nous, Ken Loach considère que des solutions beaucoup plus offensives doivent être mises en œuvre, comme nous il considère aussi que cela passera par une mobilisation citoyenne beaucoup plus significative de nos citoyens dans tous nos pays.

 

  • Cette publication est importante mais ne risque-t-elle pas de tomber vite dans les oubliettes ?

Notre premier objectif est de très largement diffuser ce livre, et bien sûr, pas uniquement dans les réseaux militants car nous voulons aller au-devant de nos concitoyens. L’enjeu est donc de contacter et mobiliser plus de personnes non encore engagées… Ainsi nous organiserons et animerons des débats et réunions publiques sur les territoires, dans les grandes villes – dès le début de l’année – pour présenter le livre, débattre et proposer. Dans chaque région, il y aura plusieurs débats y compris Outre-mer où la réalité sur ces questions comporte des spécificités.

Ces initiatives qui seront engagées par les 25 organisations associées à ce projet veulent favoriser une mobilisation plus significative de l’opinion, un renforcement de l’engagement citoyen, afin de peser plus fortement sur les élus pour que soient mises en œuvre des politiques beaucoup plus ambitieuses afin que reculent massivement le chômage et la précarité sous toutes leurs formes. A ce jour, des événements sont programmés dans une trentaine de villes.

 

Un engagement qui peut déjà se concrétiser par une action dans une de nos organisations. Par exemple,  pour le MNCP, s’engager dans une de nos associations existantes ou favoriser la création de nouveaux groupes locaux de chômeurs, précaires et citoyens solidaires.

Nous voulons favoriser une démultiplication de nos actions, en susciter de nouvelles à l’échelle du territoire mais aussi avec d’autres organisations dans d’autres pays européens

 

  • Allez-vous prendre part, d’une manière ou d’une autre, aux élections à venir ?

Comme vous l’aurez compris, notre action est essentiellement tournée vers une plus grande mobilisation des citoyens et non pas vers une influence directe sur les futurs candidats aux élections à venir. Le « changer la politique » ne prendra sens que si de différentes manières les citoyens sont plus impliqués et ne rétrocèdent pas leur part de responsabilité aux élus mais, par leur engagement, pèsent sur les choix à venir. En cela notre démarche est politique mais elle dépasse complètement les échéances électorales à venir. C’est un travail de longue haleine.

 

PS : Le livre sera disponible à partir du 19 janvier, dans les librairies. Les Editions de l’Atelier qui l’éditeront, nous aiderons à assurer une large promotion du livre et de nos actions, appuyés par le site « revue partage » et l’ensemble des sites des organisations

 

Les 25 organisations :

MNCP (et les Amis du MNCP-PARTAGE), APEIS, JOC, AC, CIP, DAL, ATTAC, SOIDAIRES, CGT, SNU-FSU, CGC, FNARS, EMMAUS, COORACE, CREPI, ADIE, ATD, APF, SECOURS CATHOLIQUE, FRANCE TERRE d’ASILE, CNIDFF, COLLECTIF ROOSEVELT, PACTE CIVIQUE, LES COLIBRIS