/Au chômage de longue durée, Le gouvernement répond par un plan à courte vue

Actualités

Au chômage de longue durée, Le gouvernement répond par un plan à courte vue

Le chômage de longue durée concerne plus de 2 millions de personnes et a augmenté de + 10% en un an. On comprend que le gouvernement lance encore un plan. Mais, pour une fois, en a-t-il un ?

Le MNCP constate malheureusement que non.

Nous assistons à un énième plan consacré à un type de chômeurs, quand il faudrait enfin lutter contre le chômage et pour l’emploi de tous les chômeurs, que l’on ne peut continuer de saucissonner en statistiques en fonction de leur âge, de leur niveau d’étude ou de leurs types d’allocations.

Que nous propose-t-on ?

Des moyens par redéploiement pour les chômeurs de longue durée : on déshabille donc une fois de plus Pierre pour habiller Paul ;

Des formations qualifiantes supplémentaires pour chaque chômeur : ce n’est sans doute pas un mal mais la formation ne crée pas l’emploi et on risque donc davantage d’occuper des demandeurs d’emploi que de les accompagner efficacement ;

De nouveaux contrats spécifiques : pourquoi pas, mais lutter contre le chômage ne peut se limiter à créer des emplois précaires pour les chômeurs et des réductions de cotisations pour les entreprises ;

Des dispositifs d’accompagnement social (logement, place de crèches…) : là encore on ne peut être contre, mais en quoi cela va-t-il permettre de créer des emplois, et de lutter contre les inégalités ?

 

Face à des mesures insuffisantes, le MNCP réaffirme sa demande d’un grand plan de lutte contre le chômage et les inégalités :

  • Création de 300 000 emplois d’utilité sociale
  • Rétablissement de la dispense de recherche d’emploi et de l’AER pour les chômeurs de plus de 58 ans
  • Une hausse immédiate des minima sociaux de + 250 euros
  • Le libre choix d’une formation de qualité pour tous les chômeurs qui le souhaitent
  • Une nouvelle politique de réduction du temps de travail assis sur une vraie réforme fiscale pour offrir un tous un emploi et un revenu décent