Sur Dedibox XC <==

“ Ensemble, chômeurs, précaires, défendons nos droits ! ”
17 rue de Lancry - 75010 Paris
01.40.03.90.66

Actualités

280567d95ba78e1f3d1883fc747a5ca19b6ff41 E1485180783436

Un antidote contre les poncifs sur les chômeurs

Article de presse de L’HUMANITE – 18.01.2017 

 

Vingt-cinq associations de précaires et syndicats ont rédigé un ouvrage pour battre en brèche les idées reçues sur les plus modestes. Une démarche porteuse de solutions d’autant plus nécessaire à l’approche de l’élection présidentielle.

 

Chômage, précarité : halte aux idées reçues ! (1) Vingt-cinq associations et syndicats ont présenté, hier, un livre en forme de cri de colère. Les périodes préélectorales étant encore plus propices au dénigrement des personnes modestes, cette initiative prend le problème à bras-le-corps. « Nous ne supportons plus ces paroles de stigmatisation vis-à-vis des chômeurs, véhiculées à longueur d’année », a dénoncé Thierry Kuhn, président d’Emmaüs France. Il n’accepte plus « d’entendre que les raisons du chômage, ce sont l’inefficacité des services publics, la lourdeur du Code du travail, les charges qui pèsent sur les entreprises, et le pire des arguments, que c’est la faute des chômeurs eux-mêmes, alors que les politiques et décideurs économiques ont montré leur incapacité à inverser la courbe du chômage ». Avec des demandeurs d’emploi traités d’assistés sous Nicolas Sarkozy ou privés de certains droits durant le quinquennat de François Hollande, les pendules avaient besoin d’être remises à l’heure. Les 25 associations ont donc capturé à la volée 26 poncifs entendus sur les précaires pour mieux les démonter : « Les chômeurs n’ont qu’une chose à faire, chercher du boulot », « le système d’indemnisation est beaucoup trop généreux avec les chômeurs » ou encore « le chômage, c’est la faute aux étrangers ! », ce dernier discours étant particulièrement relayé par l’extrême droite.

Les moyens doivent être mis pour rénover un service public de l’emploi « Nous voulons changer la donne, avancer ensemble, plaide Jean-François Yon, coordinateur de l’ouvrage et membre du Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP), ce livre est aussi un outil pour organiser des débats. » Une trentaine de rencontres autour du livre doivent d’ailleurs être organisées dans toute la France. Mais sortir des lieux communs négatifs sur les demandeurs d’emploi ne suffit pas. Avec l’arrivée de plus de 1million d’inscrits supplémentaire sur les listes de Pôle emploi sous François Hollande, les moyens doivent être mis pour rénover un service public de l’emploi. La CGT et le SNU appellent à une journée d’action le 6 mars prochain contre la suppression de postes d’agents dédiés à l’indemnisation. « Nous avons six millions et demi de chômeurs et précaires, souligne Jean-Charles Steyger, du bureau national du SNU-Pôle emploi, mais Pôle emploi propose un suivi standardisé, algorithmé. Seuls trois chômeurs sur dix sont indemnisés par l’assurance chômage. Il faut en finir avec les discriminations de chômeurs mais aussi avec celle des agents de Pôle emploi. » Dans la lignée de l’une des idées reçues de l’ouvrage qui s’intitule : « Si les salariés de Pôle emploi étaient un peu plus efficaces, il y aurait peut- être moins de chômeurs ! » Laissés sur le bord de la route par l’État, les travailleurs handicapés ont aussi payé un lourd tribut ces dernières années. Comme le rappelle Pascale Ribes, vice-présidente de l’Association des paralysés de France (APF) : « Le chômage des personnes en situation de handicap a augmenté de 65 % entre 2011 et 2015. Et non, ils ne sont pas incasables, la preuve : il y a 800 000 personnes en situation de handicap qui travaillent. » Pour changer de paradigme, sortir des clichés éculés, il faut, pour Annick Coupé, représentante d’Attac, mener « un travail d’éducation populaire au plus près de la population. Mais il faudrait aussi travailler sur les dépenses publiques, le gouvernement a mis 50 milliards sur le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (Cice) pour ne créer (ou sauvegarder) que 140 000 à 150 000 emplois, c’est un choix largement discutable ! » Dans cette entreprise de dé- mystification, les militants peuvent aussi compter sur la voix de Ken Loach, réalisateur engagé, qui a accepté de préfacer l’ouvrage. L’auteur de Moi, Daniel Blake , palme d’or au dernier Festival de Cannes, qui retrace le parcours d’un chômeur britannique broyé par le système, insuffle de l’énergie dans ce combat : « Heureusement pour nous, l’histoire continue, la lutte est vivante, le film n’est pas fini – le générique n’a pas encore défilé. »

 

CÉCILE ROUSSEAU (1) Chômage, précarité : halte aux idées reçues !, ouvrage collectif coordonné par Jean-François Yon et préfacé par Ken Loach. Éditions de l’Atelier,10 euros

 

KEN LOACH, UN SOUTIEN DE POIDS Dans la préface du livre, Ken Loach a donc souhaité adresser un message d’espoir aux militants français, « Souvenez-vous du vieux slogan des premiers syndicalistes américains : “Agir, éduquer, organiser”. Le plus important est de s’organiser. Nous ne devons pas nous faire défaut les uns des autres, et plus encore, nous ne devons pas faire

Partager cette page :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Nos partenaires