Sur Dedibox XC <==

“ Ensemble, chômeurs, précaires, défendons nos droits ! ”
17 rue de Lancry - 75010 Paris
01.40.03.90.66

Actualités

Témoignage : trop-perçu à Pôle Emploi

encart-temoignage3-300x300Le MNCP a mis en place un espace témoignage. Échangeons nos expériences et nos compétences pour mieux défendre nos droits!

Lundi 24 février 2014, Abdel est colère.
Il revient de Pôle Emploi et n’a rien compris de son entrevue, ou peut être trop bien compris ? Il veut que je retourne avec lui dès l’après midi pour comprendre ce qui se passe… Courant janvier, Abdel a remis à Pôle Emploi son attestation employeur pour faire valoir ses droits à indemnité du mois de décembre. Il retravaille depuis le 1er janvier et a exposé sa situation à son interlocutrice : tout était en apparence en ordre. Il me téléphone le week-end pour m’informer d’un courrier lui signifiant le versement d’une indemnité pour le mois de janvier. Il veut rendre tout de suite cet argent indûment perçu. Je lui explique qu’il ne peut pas rendre de l’argent qu’on ne lui réclame pas : il doit d’abord retourner à Pôle Emploi, expliciter la situation et attendre qu’on lui réclame le trop versé. Il s’acquitte de la tâche dès le lundi matin.  Mais ce lundi-là, il ne décolère pas : il veut rendre cet argent au plus vite, d’autant qu’après l’entrevue du matin, il croit comprendre qu’on l’incrimine dans la génération de l’indu ! La confusion s’installe. Nous convenons d’y retourner dès le lendemain et il remettra sa feuille de paye de janvier, ce qui permettra d’actualiser concrètement sa situation. Ce mardi donc, j’accompagne Abdel. Les deux guichets d’accueil sont libres et je reconnais une conseillère qui également me connaît et dont la probité n’est pas à mettre en doute. En retrait, je laisse donc Abdel présenter son problème sans interférer. La jeune femme prend la feuille de paye et cherche sur l’ordinateur le dossier d’Abdel. Elle lui explique ce qu’elle voit et comprend sur l’ordinateur : Abdel s’est actualisé en janvier et s’est déclaré sans travail. « Mais j’ai rien fait » « Je ne me suis même pas connecté !» Abdel monte dans les tours et, intervenant, je demande plus de précisions. La jeune femme tourne son écran vers Abdel et lui montre ce qu’elle voit : elle explique alors que seul Abdel possède l’identifiant et le mot de passe qui donne accès à son compte personnel et permet l’actualisation : « le mot de passe est confidentiel et personne à Pôle Emploi ne peut accéder à votre compte personnel ». Elle note qu’Abdel ne reconnaît pas avoir fait cette démarche d’actualisation et l’enjoint de faire changer son mot de passe afin de palier à d’autres déconvenues… Puis elle nous demande de patienter, une personne plus au fait des données financières va nous recevoir et traiter le trop-perçu. Durant l’attente, j’interroge Abdel pour savoir si quelqu’un d’autre est susceptible d’utiliser son mot de passe, et sauf à porter ses soupçons sur son épouse, par ailleurs assez intrusive, il ne voit personne. Le spécialiste des indus nous reçoit et nous propose les modalités de remboursement. Je m’inquiète de nouveau d’une telle situation, comprendre si cette situation est courante. Oh surprise ! L’agent nous montre son écran et lui, voit que l’actualisation s’est faite automatiquement le jour ou Abdel est venu apporter son attestation Pôle Emploi (fournie tardivement par l’employeur). L’attestation employeur est obligatoire pour déclencher le calcul d’indemnité. Le dépôt de cette attestation déclenche une actualisation automatique (autorisée par l’agent qui reçoit l’attestation?), actualisation notifiant que vous êtes toujours au chômage, même si vous avez averti avant de votre reprise de travail (???), cette information devenant prioritaire sur votre déclaration de reprise (???) et entraîne la continuité des indemnisations, générant par la même un trop perçu. CQFD Merci Pôle Emploi pour la confidentialité de l’espace personnel (surveillé par ailleurs pour la fréquence et les temps de connexion, l’actualisation des critères de recherche, etc …). Merci pour la confiance aux humains qui travaillent comme à ceux qui déclarent, c’est la parole de la machine qui prime : c’est la machine qui fixe les règles, contrôle leurs applications et prononce les sanctions (dans sa communication, Pôle Emploi fait état des trop-perçus comme conséquence des négligences où fraudes des chômeurs, et leur fait la chasse!). Tous ceux qui vivent de telles situations doivent en témoigner, ensemble on est plus fort!

MNCP