Sur Dedibox XC <==

“ Ensemble, chômeurs, précaires, défendons nos droits ! ”
17 rue de Lancry - 75010 Paris
01.40.03.90.66

UNEDIC

Manif chômage

Pour un Système Unifié et Universel d’Indemnisation du Chômage

Janvier 2011

En résumé : Changer le regard sur le chômage. Promouvoir un Statut Général de Vie Sociale et Professionnelle pour tous qui attache les droits fondamentaux à la personne et non à son statut dans la société. Revendiquer un Système Unifié et Universel d’Indemnisation du Chômage solidaire et assurantiel financé par des cotisations sur la totalité de la richesse créée et pas seulement sur les salaires. Exiger la représentation des associations de chômeurs et précaires au Conseil d’administration de l’UNEDIC,. assurer la continuité des droits quelque soit la situation et acquérir des droits à indemnisation dès le premier jour travaillé . Voilà les principales revendications que nous, citoyens, avec le Mouvement National des Chômeurs et Précaires (M.NC.P.) voulons porter dans la négociation de la nouvelle Convention UNEDIC. La déclaration universelle des droits de l’homme  spécifie précisément « toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage » Dans un monde incapable actuellement d’offrir un emploi à chacun, les systèmes d’indemnisation des personnes sans emploi doivent évoluer pour assurer un revenu pour tous. Les chômeurs doivent d’abord être considérés comme les victimes d’un système économique qui privilégie l’enrichissement d’une minorité au détriment du plus grand nombre.

En conséquence, nous partageons les revendications du Mouvement National des Chômeurs et Précaires, soit :

1. Un « Statut Général de Vie Sociale et Professionnelle » pour tous qui attache les droits fondamentaux du citoyen à la personne et non à son statut dans la société. Ces droits concernent l’accès à l’éducation, à la formation, à la santé, au logement, à l’emploi, au libre choix de son travail, à la retraite, aux transports, à l’emprunt, à un revenu de remplacement minimum en cas de non- emploi, etc.

2. Un Système Unifié et Universel d’Indemnisation du Chômage, solidaire et assurantiel, basé sur le principe mutualiste

3. Un financement sur la valeur ajoutée des entreprises

4. Une représentation des associations de chômeurs et précaires en tant que personnes qualifiées dans l’instance qui gère la caisse d’indemnisation des chômeurs Ces principes ont pour vocation à s’adresser à tous les citoyens, salariés des entreprises privées, fonctionnaires, travailleurs indépendants, etc.

Un Système Unifié et Universel d’Indemnisation du Chômage, solidaire et assurantiel Moins de 50% des chômeurs bénéficient actuellement d’une allocation de chômage par l’UNEDIC. Un grand nombre de chômeurs en fin de droits sont allocataires de l’ASS (Allocation de Solidarité Spécifique). Plus d’un million sont allocataires du rSa socle (Revenu de Solidarité Active). ASS ou RSA assurent un revenu de 460 € par mois pour un célibataire, ce qui ne permet pas une vie décente. Avec le Mouvement National des Chômeurs et Précaires nous dénonçons la distinction entre assurance et assistance et la stigmatisation des personnes les plus en difficulté induites par ce système. Nous revendiquons à contrario un seul type d’allocation pour tous les chômeurs.

Cette allocation devrait être constituée :
• d’une partie fixe équivalente à 80% du SMIC et permanente tant qu’un emploi qui assure un niveau de revenu équivalent n’est pas retrouvé
• et d’une partie proportionnelle au salaire perçu au cours des 12 derniers mois et à durée limitée. Cette allocation devrait être financée par une caisse unique, un Fonds National pour l’Indemnisation alimenté par
• un fonds d’Etat qui assure la solidarité nationale pour financer la partie fixe
• et un fonds d’entreprises pour la partie proportionnelle au salaire.
Une nouvelle assiette de cotisations pour alimenter le fonds d’entreprises :
La valeur ajoutée Le financement du chômage par l’UNEDIC est assuré actuellement par des cotisations assises sur les salaires. Nous revendiquons que le capital, et pas seulement le travail, contribue également à ce financement de telle sorte que les ressources du fonds d’indemnisation reposent sur l’ensemble de la richesse produite. Nous préconisons pour cela une nouvelle assiette pour le calcul des cotisations, la valeur ajoutée des entreprises. A l’échelle nationale, la somme des valeurs ajoutées représente le PIB soit la richesse produite par le pays. Ce système doit permettre de favoriser les arbitrages des entreprises en faveur de l’emploi. En effet, avec cette nouvelle assiette, les entreprises de main d’oeuvre paieront relativement moins de cotisations. En revanche, les entreprises fortement capitalistiques, où les investissements rapportés à la main d’oeuvre sont très importants, seront davantage mises à contribution.
Dans la perspective de la négociation de la prochaine Convention UNEDIC, pour aller vers les objectifs définis ci-dessus, avec le Mouvement National des Chômeurs et Précaires, nous revendiquons dans l’immédiat :
1. L’UNEDIC doit disposer des ressources nécessaires pour assurer un niveau de revenu de remplacement décent au plus grand nombre
o Elargir l’assiette des cotisations
o Augmenter les taux de cotisation sur les heures supplémentaires
o Augmenter les taux de cotisation des employeurs sur les contrats précaires
o La gestion par l’UNEDIC des contractuels de la fonction publique.
2. Ouverture du droit à l’ indemnisation dès le premier jour travaillé pour tous quelque soit l’employeur, public ou privé, à hauteur de 80% du SMIC minimum
o Les fonds UNEDIC doivent être utilisés essentiellement pour l’indemnisation.

o Supprimer les règles spécifiques pour les saisonniers.

o Activités réduites et cumul allocation et activité : supprimer la règle des 15 mois. Droit au cumul jusqu’à épuisement des droits.

o Prolonger l’indemnisation des chômeurs âgés de plus de 58 ans jusqu’à l’obtention d’une retraite à taux plein.

3. Continuité des droits : garantir le maintien du revenu de remplacement quelque soit la situation. Pas de radiation sans revenu de remplacement assuré : suppression définitive des fins de droits.

4. Nous demandons que le gouvernement et les partenaires sociaux prennent les mesures nécessaires pour que les représentants légitimes des chômeurs et précaires soient associés aux négociations de l’UNEDIC et que notre participation au CA de l’UNEDIC soit enfin décidée.

Au-delà de la négociation de la Convention UNEDIC, nous voulons porter ces enjeux essentiels pour l’avenir de notre Société et les propositions du Mouvement National des Chômeurs et Précaires au débat des prochaines échéances électorales.

1782184_809000762459421_1246379396_nTous les documents pour comprendre les enjeux des négociations UNEDIC et connaître les revendications du MNCP, mais également des documents militants pour faire passer le message : chômeurs, chômeuses, mobilisées pour des droits nouveaux !

Partager cette page :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Nos partenaires