Sur Dedibox XC <==

“ Ensemble, chômeurs, précaires, défendons nos droits ! ”
17 rue de Lancry - 75010 Paris
01.40.03.90.66

Actualités

Chômage et précarité sont au coeur des débats

15676068_390830964596476_4523523707102794625_o

Interview de Jean François Yon, coordinateur du livre « Chômage, précarité : halte aux idées reçues » qui sera présent pour un débat à 17h vendredi à la librairie le « carré des mots »  de Toulon en présence d’ATTAC, du Collectif Roosevelt, et des Solidaires. Il sera également présent samedi à 17h30 à la librairie « La soupe de l’espace » à Hyères en présence du CIDFF et deFrance terre d’Asile.

 

 

« Nous sommes aujourd’hui confrontés à des conditions de travail qui rappellent celles du XIX ème siècle »  : ce n’est pas un hasard si le cinéaste anglais Ken Loach, palme d’or à Cannes en mai dernier, a préfacé le livre : « Chômage, précarité: halte aux idées reçues». Car il y a de l’universalité dans la précarité de l’emploi, dans les conditions de travail et dans la lutte contre le chômage dont son « Daniel Blake » est devenu le porteparole.

Coordonné par Jean-François Yon, ancien président du MNCP (mouvement national chômeurs et précaires), ce livre – qui s’est déjà écoulé à plus de 15 000 exemplaires – démonte les idées reçues autour de la précarité et du chômage. Jean-François Yon sera présent vendredi et samedi à Toulon et Hyères pour participer à deux rencontres débats autour de l’ouvrage réalisé par plus d’une vingtaine d’associations et de syndicats engagés, notamment.

Comment est né cet ouvrage ?

Il est né il y a un an et demi, d’une initiative du Mouvement national chômeurs et précaires. L’objectif était d’agir avec d’autres, pour être plus forts, parce que le chômage progresse en même temps que la précarité du travail. Ce livre a cristallisé le travail de 25 organisations qui n’avaient pas l’habitude de travailler ensemble mais qui, des actions revendicatives des syndicats aux projets novateurs tels que les portent les Colibris par exemple, entendent s’élever contre les effets négatifs du système qui ne produit que du chômage et de la précarité, et amorcer ainsi sa remise en cause.

Jusqu’à la fin du mois de juin, vous multipliez les rencontres sur le territoire. C’est volontairement ancré dans le calendrier électoral?  

C’est exact. Après le livre, on voulait réduire à peau de chagrin le code allumer le deuxième étage de la fusée, qu’il soit un outil de débat. On a voulu intervenir sur deux questions essentielles en cette période électorale, dans la mesure où le chômage et la précarité sont au coeur des débats. Ce n’est pas toujours facile car le débat politique « cannibalise » un peu tout, mais cela fonctionne plutôt bien.

Les organisations qui ont participé à ce livre se retrouvent-elles dans les propositions des candidats à la présidentielle?

On a du mal, tant les propositions de certains candidats se situent dans un renforcement des politiques actuelles. Les politiques d’austérité ont conduit à l’accroissement du chômage et de la précarité. Certains veulent réduire à peau de chagrin le code du travail : nous y sommes bien évidemment opposé, car qu’on le veuille ou non, le code du travail reste très protecteur pour les salariés. Quand on examine historiquement la situation, cela fait plus de trente ans que la précarité de l’emploi s’est développée et plus encore au cours de ces dix dernières années, sans effet sur le taux de chômage. C’est pour nous un mensonge que de dire que la souplesse et la libéralisation du droit du travail favorisent l’emploi.

Quelle est la réponse ?

Elle est multiforme : à court terme il y a tout ce que font les associations, les organisations, les syndicats que nous évoquons dans notre livre : cela doit continuer d’exister car cela permet à des gens d’être mieux au quotidien, éventuellement d’avoir du soutien pour l’insertion, d’être aidé pour la création de l’entreprise. Pour ce qui est du long terme, il faudra notamment retravailler la notion de réduction du temps de travail, ou encore sur la répartition des richesses, la lutte contre l’évasion fiscale. C’est une réponse à plusieurs étages car il n’y a pas qu’une seule solution.

Ce livre, vous l’avez également voulu comme un message d’espoir ?

Oui, il y a une démarche citoyenne et démocratique dans notre livre. Ce n’est que dans un travail collectif, des organisations d’une part mais aussi des citoyens eux-mêmes que les choses changeront. On a voulu apporter avec ce livre, avec ce débat, une contribution à la mobilisation citoyenne autour de la précarité et du chômage, pour pouvoir avancer vers de vraies solutions.

Propos recueillis par K. M. kmichel@nicematin.fr

Les organisations partenaires et auteurs du livre : AC!, ADIE, APEIS, APF, ATD-Quart Monde, ATTAC, CFE-CGC, CIP, la CGT, CNDIFF, le mouvement Colibris, Collectif Roosevelt, Coorace, Crepi, le DAL, Emmaüs France, FARS, France Terre d’asile, la JOC, le M N C P (et Les amis du M NCP Partage), le Pacte civique, le Secours catholique, le SNU PE-FSU, les Solidaires.

Partager cette page :Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone

Nos partenaires