/Négociations UNEDIC : ni régression, ni statu quo ! Conférence de presse

Actualités

Négociations UNEDIC : ni régression, ni statu quo ! Conférence de presse

Logo unitaire-rougeDepuis janvier, les partenaires sociaux négocient des nouvelles règles d’indemnisation du chômage. Le projet présenté par le MEDEF lors de la dernière réunion de négociations est absolument inadmissible : il s’attaque aux intermittents, aux intérimaires et aux chômeurs, notamment en activités réduites, en proposant de réduire leurs droits, en cette période de crise profonde et structurelle et alors que le dispositif assurance chômage indemnise peu et mal !

Notre collectif composé d’organisations de chômeurs (AC!, APEIS, MNCP, CIP-IdF, Recours Radiations) et de syndicats (Solidaires Sud Emploi, Sud Culture Solidaires, FSU/SNU Pôle Emploi) a des propositions concrètes, réalistes et justes pour l’assurance-chômage. Des mobilisations sont prévues pour faire entendre notre voix, notamment le jeudi 13 mars, dernière séance annoncée des négociations.

Des représentants de chaque organisation du collectif seront présents à la conférence de presse.

Mardi 11 mars – 11h

85 rue Charlot – Bourse du Travail

Annexe Varlin  – Commission 4

Le chômage ne se réduit pas à un chiffre ni à une courbe : c’est la  situation que vivent au quotidien de plus en plus de femmes et d’hommes, de familles. Les profits et les dividendes explosent mais le gouvernement et le patronat attaquent notre système de protection sociale. Cette dégradation se répercute sur l’emploi (salaires, conditions de travail), entraînant une généralisation de la précarité, une forte dégradation des conditions de vies pour une masse croissante de chômeur-euses et précaires.

La situation est exceptionnelle : presque 6 millions de chômeur-euses, DOM-TOM compris, toutes catégories confondues. Pourtant,moins d’un-e chômeur-euse sur deux inscrit-e à Pôle Emploi touche une indemnisation alors que l’UNEDIC prévoit 63 200 chômeur-euses de plus pour 2014 ! Cette situation n’est plus tenable !

Nous, organisations de chômeur-euses, précaires, intermittent-es et syndicats, exigeons de nouveaux droits pour tous. Pas de modifications à la marge, mais une refonte totale du système d’indemnisation, seule à même de répondre à l’urgence sociale !

 Nous refusons tout retour à la dégressivité et tout recul des droits des chômeur-euses !

Permettre un revenu suffisant à tou-te-s est possible grâce à une autre répartition des richesses !

 Cette réforme nécessite uniquement un peu de courage politique. Pour cela nous revendiquons :

  • Un système d’indemnisation du chômage juste et équitable pour toutes et tous
  • Un revenu personnel de remplacement décent pour toutes et tous, au minimum à hauteur de 80% du SMIC brut (allocations chômage et minima sociaux)
  • L’ouverture du droit à l’indemnisation dès le 1er jour travaillé
  • Les chômeur-euses et précaires ne sont pas des fraudeur-euses : arrêt immédiat des radiations-sanctions, des indus et des contrôles abusifs !
  • Le respect du droit à l’information des usagers par toutes les administrations
  • L’arrêt des formations bidons ! Plus de moyens pour des formations librement choisies
  • Un Pôle Emploi à visage humain : plus de moyens, plus d’effectifs, plus d’informations pour un vrai service public de l’emploi. Stop à la sous-traitance et à la politique du chiffre !
  • Le rétablissement du fonds social pour les chômeur-euses
  • Augmentation des cotisations patronales et taxation substantielle de tout recours abusif aux contrats courts et précaires
  • L’élargissement du  financement de l’UNEDIC en taxant tous les revenus du capital
  • La consultation des associations de chômeur-euses et précaires partout où leur sort se décide

 À l’appel des organisations de chômeur-euses, précaires et intermittent-es : AC !, APEIS, MNCP, CIP-IdF, Recours Radiations et des syndicats Solidaires Sud Emploi, Sud Culture Solidaires, FSU/SNU Pôle Emploi.

 Nous appelons à des actions unitaires, notamment à chaque jour des réunions de négociations : mardi 28 janvier, jeudis 13 et 27 février, 13 mars