/À Vitry pour défendre le service public de l’emploi

Actualités

À Vitry pour défendre le service public de l’emploi

Ce lundi 5 novembre 2018, les associations de chômeurs et précaires (MNCP, Apeis, CGT chômeurs) et certains syndicats (SNU Pôle emploi, CGT, SUD emploi) se sont retrouvés devant le Pôle emploi de Vitry-sur-Seine pour exiger le maintien ou le rétablissement d’un accueil sans rendez-vous le matin concernant les problèmes d’indemnisation des chômeurs.

Associations de chômeurs et précaires avec syndicats devant le Pôle emploi de Vitry-sur-seine

Une délégation a été reçue par la directrice de l’agence. Malheureusement, aucune avancée réelle n’a pu être faite. La directrice d’agence a décidé que, désormais, les règlements d’indemnisation en cas de problème se feraient sur rendez-vous – aucune directive nationale ne semble exister sur le sujet. La mise en place de cette mesure relève donc de la seule responsabilité de la directrice d’agence de Vitry-sur-Seine, à elle seule donc de la faire entrer en vigueur en début d’année 2019 ou pas. Plusieurs agences du Val-de-Marne avaient déjà opté pour cette mesure et ont été obligées de remettre en place l’ancien système, tellement cette procédure tend les relations entre demandeurs d’emploi et agents d’accueil. Les chômeurs confrontés à des problèmes d’indemnisation ont besoin de réponses rapides à des situations d’urgence terriblement anxiogènes qu’une prise de rendez-vous risque de mettre à mal. Cette mesure risque d’exacerber les difficultés financières des chômeurs et précaires, les mettant dans des situations de précarisation, voire de paupérisation grandissante. En portant atteinte à l’intégrité-même des chômeurs et précaires, elle remet en cause le respect et le règlement de leurs droits ainsi que le principe-même d’égalité des personnes.

Vitry-sur-Seine : mobilisation des associations de défense des chômeurs (Le Parisien)

Rétablissement et/ou maintien des réceptions sans rendez-vous !

Depuis la création de Pôle emploi en 2008, chaque agence dispose de deux « accueils- conseils immédiats » pouvant répondre pour l’un aux sollicitations liées aux démarches de recherche d’emploi et pour l’autre aux problèmes liés à l’indemnisation (trop perçu, rupture d’indemnisation, documents perdus par le Pôle emploi, erreur de calcul, non traitement de dossiers ASS,…). L’accueil sans rendez-vous avait déjà été supprimé pour toute les questions dites « placement » avec renvoi systématique sur le/la conseiller·e référent·e. La fermeture des Pôle emploi aux visites sans rendez-vous les après-midi depuis février 2016 a déjà considérablement réduit la possibilité pour les chômeurs de pouvoir venir à tout moment pour des situations urgentes.

Qu’est que Pôle emploi aujourd’hui ?

  • Augmentation des retards et blocages de dossiers du fait de l’externalisation des missions d’indemnisation, et de la diminution des agents au sein des effectifs
  • Difficultés d’obtenir un taux d’indemnisation conforme au calcul de l’ARE du fait du traitement automatique de la demande d’allocation par des algorithmes
  • Traitement tardifs des dossiers complexes (assistantes maternelles, créateurs d’activité, activités conservées…) du fait d’une surcharge de travail et d’une organisation du travail orientée par des objectifs chiffrés en lien avec des indices de satisfaction prédéfinis
  • Fermeture des agences l’après-midi sauf sur rendez-vous, l’arrêt de l’accueil indemnisation d’où le renvoi des usagers vers des Foires Aux Questions et le 3949 et cela en lien direct avec les objectifs d’économies de budget sur la masse salariale
  • Politique du « tout internet » au détriment d’une relation de service individualisée et humaine

Mais aussi les réformes de l’assurance chômage

  • Nouvelle méthode de calcul qui pénalise les intérimaires et cdd de courte durée en diminuant le taux de paiement de leur ARE selon la durée de cotisation
  • Rallongement de l’âge de 50 à 55 ans pour l’indemnisation des séniors sur 3 ans
  • Raccourcissement de la durée pour le cumul de l’ASS avec une reprise d’activité

A venir :

  • Dégressivité des Allocations
  • Désengagement de l’Etat dans le financement de l’ASS
  • Suppression du cumul ARE/activité réduite

Toutes les organisations réunies ce lundi 5 novembre s’associent pour exiger un service public de l’emploi qui ait réellement les moyens de répondre aux besoins des personnes ainsi que l’indemnisation de toutes formes de chômage.

Le mardi 20 novembre prochain, une grève nationale des agents de Pôle emploi est programmée.